La Conférence des bâtonniers (NDLR  : seconde organisation représentative des avocats après le Conseil national des barreaux,) célébrait hier, au niveau national, sa 11e Journée de la prison. Avec très exactement 78 262 personnes sous écrou au 1er juillet 2012, pour un nombre de places opérationnelles de 57 408, la surpopulation carcérale continue bien sûr d'inquiéter. Mais les avocats tenaient cette année à mettre plus particulièrement en exergue les problèmes de violences subies par les détenus, les surveillants, mais aussi les familles. Le point avec le bâtonnier de Mont-de-Marsan, Me Frédéric Dutin, au sortir du rendez-vous hebdomadaire assuré chaque mercredi matin par le juge d'application des peines dans les locaux du centre pénitentiaire Pémégnan. «  Sud Ouest ». La Conférence  des bâtonniers souhaite attirer l'attention sur les problèmes de violences déplorées au sein de l'univers carcéral. Quel constat est-il fait ici, à Mont-de-Marsan ? Me Frédéric Dutin. Ce qu'il faut d'abord savoir c'est qu'ici, comme ailleurs, les gens qui sont détenus pour des violences au sens large représentent 60 % de la population carcérale. Le constat principal c'est donc que, du seul fait de sa composition, la prison recèle des possibilités de violences. L'état de fait est peut-être encore aggravé au sein du centre pénitentiaire Pémégnan où la première des violences est celle de la déshumanisation. Je parle des détenus mais je sais aussi que le travail du personnel pénitentiaire est extrêmement compliqué. Même si Mont-de-Marsan ne souffre pas encore des dangers de la surpopulation, eux aussi se plaignent des conditions d'incarcération des détenus. Il semble que vous vous préoccupez aussi des conditions d'accueil des familles des détenus… Il y a la violence des détenus, le mal-être du personnel, mais aussi, c'est vrai, la douleur des familles auxquelles on impose des fouilles à répétition et qui pâtissent d'une organisation des parloirs n'offrant aucune intimité. Dans le même esprit, nous avons ici des unités de vie familiale mais, malheureusement, peu de familles peuvent en profiter. C'est regrettable car cela doit justement permettre une reprise de contact avec l'extérieur, le premier pas avant la réinsertion. Toutes ces choses, je crois, méritent d'être développées. Comment les détenus jugent-ils leurs conditions d'incarcération ? Ce qui ressort le plus, c'est le côté déshumanisé des lieux. Beaucoup se plaignent également de n'entendre que les mots «  liste d'attente  ». Liste d'attente pour avoir un accès aux soins psychiatriques et psychologiques, liste d'attente pour travailler, liste d'attente pour avoir accès à son travailleur social du Spip (Service pénitentiaire d'insertion et de probation). Au bout d'un moment, la soupape explose. Justement, où en est-on de « la période noire » de Pémégnan, celle des premiers mois après l'ouverture, lorsque l'on dénombrait un nombre important de suicides ? Je ne dispose d'aucuns chiffres en  la matière mais je sais qu'il y a toujours quelques soucis. Là aussi c'est un problème de moyens. Lorsque quelqu'un fait l'objet d'un signalement, la première des choses à faire serait de ne pas le laisser seul dans une cellule, or ce n'est pas toujours le cas. Sur le suivi médical, il est tout de même parfaitement anormal qu'une structure telle que Pémégnan ne dispose que d'un seul psychiatre. Il me semble d'ailleurs qu'à son ouverture il y avait un poste et demi, mais le demi-poste a été supprimé. Je parle des problèmes avec le psychiatre mais les délais pour rencontrer un psychologue sont tout aussi longs. Il y a enfin un problème de surveillance. Les moyens humains sont sans aucun doute radicalement insuffisants. Comment jugez-vous la politique carcérale du gouvernement ? J'ai l'impression que les pouvoirs publics n'adoptent pas les bonnes solutions. On peut ouvrir le nombre d'établissements que l'on voudra, si on ne fait pas ce qu'il faut dedans, ça ne marchera jamais. On nous dit qu'on va créer des places supplémentaires alors que ce qu'il faudrait en priorité, c'est développer les moyens humains et matériels afin de permettre aux détenus de se former, de travailler et d'avoir accès aux soins. Seuls ces facteurs de réinsertion permettraient d'éviter les récidives. Or les récidives entraînent des détentions supplémentaires. Bref, c'est sans arrêt le serpent qui se mord la queue. Que préconisez-vous pour améliorer les choses ? Ce qu'il faudrait, dans ce type d'établissement, c'est avant tout occuper les gens, leur donner la possibilité de travailler et d'avoir accès à  des soins. Or la plupart des détenus qui veulent exercer une activité  professionnelle et qui en ont fait la demande me disent qu'ils doivent patienter jusqu'à cinq, six ou sept mois. L'un des premiers problèmes, c'est l'oisiveté. Et je pense vraiment que la priorité des priorités serait  de donner du travail aux prisonniers. « On peut ouvrir le nombre de prisons que l'on voudra,  si on ne fait pas ce qu'il faut dedans, ça ne marchera jamais »